Home > News > Ghana : Les cartes à puce vont permettre la fonctionnalité hors ligne de l’E-Cedi

Ghana : Les cartes à puce vont permettre la fonctionnalité hors ligne de l’E-Cedi

Les capacités hors ligne sont cruciales pour garantir que l’accès à la CBDC locale, E-Cedi, ne soit pas entravé par des barrières d'accès à l'électricité ou à Internet. 

Le Ghana cherche à intégrer des fonctionnalités hors ligne dans sa monnaie digitale de banque centrale (CBDC), l’E-Cedi, afin d’améliorer son accessibilité à toutes les sections de la société et de promouvoir l’inclusion financière dans le pays. 

L’E-Cedi du Ghana, qui devrait bientôt faire l’objet d’un projet pilote, marque une étape importante dans l’intérêt croissant pour les CBDC dans les pays en développement. 

Une CBDC est la représentation numérique de la devise d’un pays qui améliore la transparence, renforce la capacité du gouvernement à mettre en œuvre sa politique monétaire et permet des transactions transfrontalières plus rapides et plus pratiques.

Le yuan numérique de la Chine est la première devise numérique émise par la banque centrale d’un grand pays et devrait contribuer à l’objectif du yuan de remplacer le dollar comme monnaie de réserve mondiale.

Le Ghana a annoncé l’intention du gouvernement de lancer une CBDC en juillet de cette année et a déclaré que l’E-Cedi était à un stade avancé de développement. Les responsables de la banque centrale ont également déclaré que la CBDC devrait être mise à l’essai en septembre, mais aucun autre développement n’a été signalé à ce sujet.

Kwame Oppong, responsable fintech et innovation à la Bank of Ghana (BoG), a déclaré hier que l’E-Cedi cherche à supporter les transactions hors ligne via des cartes à puce lors du Forum économique du Ghana.

La Chine tente également de mettre en place une solution de carte à puce similaire pour les transactions hors ligne, bien que le fournisseur mondial de services financiers Visa ait expliqué plus tôt cette année qu’un tel système pouvait donner lieu à des phénomènes de doubles dépenses ou à des fausses transactions.  

Oppong a expliqué que cette fonctionnalité était cruciale pour permettre aux Ghanéens qui n’ont pas accès à une électricité ou à Internet de manière fiable d’utiliser la CBDC et de participer efficacement à l’économie du pays.   

« L’inclusion financière est limitée par la disponibilité de la connectivité et de l’électricité » a déclaré le régulateur.

Selon la Banque mondiale, seule la moitié environ de la population ghanéenne a accès à Internet et plus de 15 % de la population n’a pas accès à l’électricité.  

Tags:
Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.